Blog

Loi « Renseignement » : Français, renseignez-vous !

Loi « Renseignement » : Français, renseignez-vous !

Depuis quelques jours un sondage circule dans les médias, selon lequel « 63 % des Français » seraient « favorables à une limitation de leurs libertés individuelles sur Internet au nom de la lutte contre le terrorisme ».

Passons sur le fait que transformer « 63% de 997 personnes interrogées » en « 63% de 66,03 millions  de Français » est une opération magique qui me fera toujours sourire.

Passons sur le fait que nous avons bien compris qu’au nom de « la lutte contre le terrorisme » on peut faire avaler à peu près n’importe quoi à à peu près n’importe qui, à coup de… terrorisme intellectuel.

Mais arrêtons-nous sur la question réellement posée aux 997 sondés : « Pour lutter contre le terrorisme, seriez-vous favorable ou défavorable à des mesures renforçant la sécurité quitte à limiter vos libertés individuelles sur internet, par exemple en surveillant les données de navigation de tous les internautes? ».

Cette question est d’abord mal posée et inexacte (c’est à dessein, évidemment). Il ne s’agit en effet pas « seulement » pour le projet de loi de « surveiller les données de navigation de tous les internautes ».

Par ailleurs, la réponse à la deuxième question posée dans ce sondage, et dont étonnamment, on n’a pas fait autant de « foin » est éclairante quant à la portée qu’il convient de donner à la première réponse.

En effet, si « deux tiers des Français » (sic) « ont entendu parler du projet de loi relatif au renseignement », « seul un sur trois » voit « bien de quoi il s’agit » ! Amusant non ? On demande leur avis à des gens sous-informés, sinon, désinformés qui disent eux-mêmes n’y rien connaître.

Le véritable miracle de ce sondage, il est donc bien là. "On" sonde des personnes qui soit ont une connaissance en droit et/ou en informatique insuffisante pour comprendre réellement de quoi il s’agit, soit, carrément, qui n’ont pas entendu parler du texte. C’est un sondage qui est donc parfaitement à l’image de la société dans laquelle nous vivons : même si vous n’y connaissez ou n’y comprenez rien, vous pouvez donner votre avis et il sera « autorisé ». Si nous le voulons.

Miracle de la démocratie d’opinion : « on » (un institut de sondage détenu uniquement par un puissant, M. Bolloré, et un "journal en ligne") justifie un projet de loi d’une grande complexité, controversé sinon décrié par de nombreux professionnels qui eux, connaissent le projet de loi et s’y connaissent (soit en droit, soit en nouvelles technologies, soit dans les deux), par exemple, des magistrats, des avocats, des institutions, des informaticiens, des fournisseurs d’accès… représentant à eux seuls bien plus que 997 personnes, par l’avis de 63 % de 997 personnes à peu près néophytes ou ignorantes qui ne connaissent pas le projet de loi ou n’y comprennent pas grand- chose (et pour cause).

« On » ne leur demandera pas hélas s’ils pensent, par exemple, qu’une procédure parlementaire accélérée (4 jours) est une bonne chose pour qu’ait lieu un véritable débat, tant au Parlement que dans la société sur un sujet d’une telle complexité et d’une telle importance.

« On » ne leur demandera pas s’ils ne sont pas surpris, quand même, qu’à la 15ème loi prétendument « anti-terroriste », le terrorisme existe toujours, ni s’ils n’ont pas un sentiment de la relative inefficacité de ces dispositifs. (A quand le retour critique du pouvoir sur les « ratages » dans la récente affaire Kouachi/Coulibaly ?)

« On » ne leur demandera pas de lire (au moins, d’essayer, pour juste admettre que oui, ça a l’air bien compliqué…) ledit projet de loi.

Moi je le leur demande.

Français, renseignez-vous sur la loi renseignement! Surveillez vos surveillants !

Refusez d’être plus longtemps traités comme des moutons que le berger, qu’il ait ou non perdu le sens de l’orientation, qu’il sache encore reconnaître sa gauche de sa droite, pourrait conduire où il le désire sans risquer d’être contrarié par un « mouton noir ».

Allons. Faites confiance à votre bon sens:

Le simple fait que l’on trouve parmi les opposants au texte, des personnalités de tous bords politiques et de toutes opinions, et parmi eux, des techniciens du droit ou des nouvelles technologies, des entrepreneurs, des associations de malades chroniques, M. Trevidic, magistrat anti-terroriste, M. Delarue, "gendarme" des écoutes, et même, des policiers … doit vous alerter.

Et si nous avions effectivement des choses à dire qui méritent que vous les entendiez ?

Le fait que nous nous fassions traiter d’ « exégètes amateurs » puis de menteurs qui fantasment, par MM. Urvoas, Valls… est un autre signe que les choses ne sont peut-être pas exactement celles qu’on veut vous faire accroire. Car en effet, depuis quand un pouvoir sûr de soi, de son fait, de son droit, a-t-il besoin d’insulter ses opposants, des représentants du peuple, autant que lui, pour se faire entendre, sinon pour tenter de disqualifier par l’anathème la parole desdits opposants, une parole qui lui fait peur ?

Vous n’êtes pas des moutons. Vous n’êtes pas des gogos. Vous êtes, comme nous, même si vous l’oubliez souvent, les héritiers de la grande révolution française, qui fit le peuple souverain.

Vous avez des capacités, qui sont utilisées tous les jours, y compris par d’autres que vous-même, qui peuvent tout à fait être mises à profit pour réfléchir par vous-même. N’ayez pas peur des textes et ayez confiance en vous. Vous êtes assez bons pour élire ces gentils messieurs et mesdames, vous êtes donc assez bons pour vous informer et refuser de vous laisser manipuler.

Non le « droit à la sûreté » de notre déclaration des droits de l’homme n’est pas un synonyme du « droit à la sécurité » qui, d’ailleurs, n’existe pas en tant que liberté fondamentale.

Non, le « risque zéro », cela n’existe pas. Nulle part. Pour rien. La vie nait et se déploie dans le risque.

Oui, les libertés fondamentales sont dites fondamentales parce qu’elles sont au fondement de notre modèle de société et qu’y porter atteinte aussi violemment que le fait ce projet de loi, c’est porter atteinte aux fondements de notre modèle social.

Oui, la France est un pays déjà très protégé, et pour améliorer encore, si besoin, notre protection, il conviendrait, non pas de restreindre encore davantage nos libertés, mais peut-être plutôt, par exemple, de poser des questions sur la conduite de notre politique internationale, qui pousse nos édiles chaque jour davantage dans les pas des Etats-Unis et finit par nous mettre toutes et tous en danger.

Oui, notre meilleure sécurité, c’est d’abord la liberté. La liberté de contester des projets de loi avec lesquels nous sommes en désaccords. La liberté d’être informés correctement. La liberté de manifester et de nous exprimer. La liberté de contester un gouvernement que nous n’avons ni élu ni choisi et dont nous pensons qu’il va trop loin. La liberté de contester la constante restriction du débat parlementaire et donc, cette manière de museler nos principaux représentants, les députés….

Ce que nous voulons, M. Valls, M. Hollande….c’est non pas être écoutés, mais être ENFIN entendus, sur ce projet de loi comme sur d'autres sujets !

 

NB: Chers habitants de France, quelques liens pour vous informer...

https://sous-surveillance.fr/#/

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/quand-le-gendarme-des-ecoutes-fusille-la-loi-sur-le-renseignement-de-valls-465876.html

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/14/loi-renseignement-on-a-verifie-le-vrai-faux-du-gouvernement_4615597_4355770.html

http://www.lesaf.org/blog-libertes.html?fb_746248_anch=2279030

http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/13/loi-renseignement-a-besoin-profond-davoir-choses-a-cacher-258651

http://www.liberation.fr/societe/2015/04/13/manifestation-contre-la-loi-liberticide-sur-le-renseignement_1240582

http://www.01net.com/editorial/652114/manifestation-contre-la-loi-sur-le-renseignement-nous-y-etions/

https://cdn.nextinpact.com/medias/aif-observations-sur-projet-de-loi-renseignement-13-avril-2015-.pdf

http://cgtpolice75.fr/spip.php?article107

http://www.liberation.fr/video/2015/04/14/marc-trevidic-la-loi-sur-le-renseignement-donne-un-trop-grand-pouvoir-de-decision-a-l-executif_1240804