Blog

Le "terrorisme", infraction politique....ou pas ?

Nous vivons une époque formidable de schizophrénie aiguë.

Un Parlement où siège une quinzaine de députés environs crée, à l'occasion de l'examen du projet de loi "Cazeneuve", LE délit politique par excellence, à savoir "le terrorisme".

En effet, non contents de bouter dans les bas-fonds du mépris bien-pensant deux siècles de notre histoire nationale fondatrice - qu'on l'approuve ou pas ce n'est même pas le sujet - (la Révolution, la Résistance...) en proposant de définir le "terrorisme" comme ""emploi de la terreur à des fins politiques" (si j'ai bien entendu et bien lu), notre Hémicycle, ne redoutant aucune contradiction, reconnaît ainsi à l'objet de son courroux (coucou) la qualité que jusqu'à présent, notre arsenal politcoo-judiciaire lui déniait, à savoir, explicitement, celui d'infraction politique, stricto sensu.

Lire la suite...

"L'indigence de la gauche européenne" - Slavoj ZIZEK (extraits de l'article paru dans "Manière de Voir" Oct-.Nov. 2014)

 

 

Dans "Manière de Voir" ce mois-ci (passionnant, et que je vous recommande, intitulé "Penser est un sport de combat", avec du Bouveresse, du Chomsky, du Foucault du Hobsbawm ...et une très belle iconographie), un excellent article de Zizek intitulé: "L'indigence de la gauche européenne", du genre qui pose des questions embêtantes et vivifiantes, et dont je partage certaines saillies. Je vous en livre quelques extraits, mais il est évidemment à lire en intégralité :

"Nous sommes littéralement submergés de réquisitoires contre les horreurs du capitalisme (...).

Pourtant, aussi tranchantes que ces critiques puissent paraître, elles s’émoussent en sortant du fourreau: jamais elles ne remettent en question le cadre libéral-démocratique au sein duquel le capitalisme exerce ses ravages. L'objectif, explicite ou implicite, consiste invariablement à réguler le capitalisme - sous la pression des médias, du législateur ou d'enquêtes policières honnêtes - et surtout pas à contester les mécanismes institutionnels de l'Etat de droit bourgeois. C'est là que l'analyse marxiste conserve toute sa fraîcheur, aujourd'hui peut-être plus que jamais. Pour Marx, la question de la liberté ne se situe pas en première ligne au sein de la sphère politique, celle du moins à laquelle se réfèrent les institutions internationales lorsqu'elles jugent d'un pays: les élections y sont-elels libres, les juges indépendants, les droits de l'homme respectés? La clef d'une liberté véritable est à rechercher plutôt dans le réseau "apolitique" des relations ociales, depuis le travail jusqu'à la famille, où ce n'est pas la réforme politique qui apporterait le changement nécessaire, mais une transformation des relations sociales dans l'appareil de production.

Lire la suite...

Si Renato Curcio avait été lépidoptériste .... (ou quelques réflexions sur le "terrorisme" et l'injonction politique au silence absolu au nom de la "mémoire des victimes" )

En écoutant un jour une interview de Romain Gary à la radio (une rediffusion, évidemment), j'eus la surprise d'apprendre de sa bouche que la véritable passion de Vladimir Nabokov n'était pas tant l'écriture que les papillons et qu'il avait donné son nom à plusieurs d'entre eux.

Mais personne, ou presque, ne connaît Nabokov le ‎lépidoptériste. Tout le monde en revanche connaît Nabokov, le « père » de « Lolita ».
En Italie, tout le monde connaît Renato Curcio fondateur des Brigades Rouges, partisan, dans les années 70, de la lutte armée comme nécessité inévitable (non pas "dans l'absolu", comme "idéal", mais compte tenu du contexte italien d'une époque extrêmement particulière) , condamné à 30 ans de prison notamment pour le meurtre de deux militants d’une organisation fasciste, libéré courant des années 90.
Personne ou presque, en revanche, ne connaît R. Curcio le sociologue du travail.

Lire la suite...

La grande nuit sécuritaire - Bientôt tous "Présumés Terroristes" ?

Certains ont du le remarquer, dénoncer le recours permanent et à tout propos de nos gouvernants au "terrorisme" pour justifier chaque jour un peu plus de contrôle policier et un peu moins de libertés est une quasi-obsession sur ce blog, de ce côté ou de l'autre des Alpes.

On retiendra donc de ce gouvernement qu'il aura raté une nouvelle occasion de faire mentir la (déjà ancienne) thèse de doctorat du Prof. Pascal Mbongo ("La gauche au pouvoir et les libertés publiques").

Surfant sur la vague d'hystérie largement gonflée et entretenue en boucle par une grande partie des médias de masse sur le sujet des "candidats au jihad", voilà-t-il pas que notre bon Ministre de l'Intérieur, M. Cazeneuve, nous adresse de la Place Beauvau un projet de loi magnifiquement liberticide, qui nous enfonce encore davantage dans la grande nuit sécuritaire.

Il s'agit en effet de la énième loi prétendant lutter contre le terrorisme (sic).

Une énième pour asseoir encore davantage l'Etat d'exception permanent.

Lire la suite...

On est jamais trahi que par les siens : Montebourg, le "cheval à phynances", les avocats et le fantasme du monopole

Camarade charcutier, tu es lassé des rillettes et du boudin?

Camarade garagiste, ras-le-bol de passer tes journées entre huile de vidange et pneus crevés?

Camarade, camarade... que dis-je?

....CONFRERE!

Amis cordonniers, boulangers, peintres en bâtiment....la justice telle qu'elle est ne vous convient pas et vous vous sentez une âme d'avocat?...

Votre heure de gloire est arrivée.

Grâce à Google, aux séries TV et à Arnaud Montebourg, aujourd'hui, vous allez enfin pouvoir rédiger des consultations juridiques en droit de la famille ou en droit fiscal, plaider devant une Cour d'Assises et j'en passe.

Et bientôt, amis médecins, sous vos yeux éblouis, la consultation de gynécologie aux brancardiers, la consultation d'ophtalmologie aux opticiens, la consultation en orthodontie aux fabricants de pâte à dentiers !

Lire la suite...