Bordeaux : le conseiller financier était un maître chanteur

(Sud-ouest, le 4 avril 2014)

Le parcours de l'homme de 75 ans, jugé mercredi après-midi par le tribunal correctionnel et condamné à un an de prison avec sursis et 3 000 euros d'amende, n'est pas banal. Il n'avait jusque-là jamais été confronté à la justice. Il a fait une carrière de conseiller financier dans une grande banque tout en menant une activité militante intense au sein du Parti communiste et de la CGT.
C'est dans le cadre de ses fonctions professionnelles qu'il a connu celle qui allait devenir, des années plus tard, sa victime. En mars 2011, cette dernière, riche nonagénaire, a reçu une lettre anonyme.

Il était fait mention dans ce courrier de la période de l'occupation allemande à Bordeaux. La lettre affirmait que l'époux de la vieille dame avait alors eu des rapports étroits avec l'occupant. Ce qui lui avait permis de bénéficier de biens spoliés à des familles juives. En conclusion, l'auteur de la lettre exigeait 20 000 euros pour ne pas divulguer ces prétendues informations.

La vieille dame ne s'est pas laissé intimider et a immédiatement porté plainte. À l'époque des faits, la brigade criminelle de la sûreté départementale avait été chargée de l'enquête. Mais les premiers éléments étaient très ténus.

 Une seconde lettre, arrivée quelques jours plus tard et au ton beaucoup plus menaçant, leur a permis d'avancer pour finir par identifier l'auteur de ces lettres. Celui-ci était allé jusqu'à passer une petite annonce d'allure anodine dans « Sud Ouest » pour indiquer à sa cible comment verser l'argent.

Interpellé au printemps 2012, l'homme, qui habite à Mérignac et avait 73 ans à l'époque, a d'abord nié. Mais l'analyse de son ordinateur a révélé qu'il avait fait de nombreuses recherches sur Bordeaux à l'époque de l'Occupation.

Dans un second temps, le septuagénaire a affirmé qu'il avait été manipulé par deux hommes venus chez lui proférer des menaces contre sa famille s'il ne s'exécutait pas. Mais rien, dans les investigations poussées des policiers, n'a permis d'étayer son affirmation.

Face à la présidente du tribunal, Cécile Ramonatxo, peu convaincue par ses affirmations, l'homme a néanmoins maintenu qu'il avait agi sous la contrainte et ne comprenait pas certaines traces retrouvées sur son ordinateur. Ce scénario de deux hommes mystérieux venant menacer l'ancien conseiller financier pour le pousser à faire chanter une ancienne cliente et amie a laissé Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République, de marbre. « Le chantage est puni de cinq ans de prison et de 75 000 euros d'amende », rappelait-elle en introduction de sa plaidoirie. À ses yeux, les éléments recueillis par les policiers et les traces retrouvées sur l'ordinateur, ajoutés aux liens anciens et à une certaine époque étroits entre la victime et le septuagénaire, ne laissaient planer aucun doute sur sa culpabilité. Elle demandait une peine « qui ne soit pas inférieure à deux ans, éventuellement avec sursis et 3 000 euros d'amende ».

Pour le défendre, le prévenu avait sollicité les services d'une virulente avocate parisienne, Me Élodie Tuaillon-Hibon.

« Dans votre esprit, mon client est coupable et doit être condamné », lançait-elle d'emblée à la présidente Cécile Ramonatxo et à Marie-Madeleine Alliot. À l'opposé, elle plaidait la relaxe et s'attachait, au cours d'une plaidoirie de cinquante minutes, à démontrer en quoi les explications fournies par son client pouvaient être considérées comme plus vraisemblables que les conclusions de l'enquête des policiers. Elle insistait aussi beaucoup et avec force sur le passé militant de son client, membre du PCF jusqu'au début des années 2000 et de la CGT, pour assurer qu'il était incapable d'entreprendre un tel chantage. Aux yeux de l'avocate parisienne, « ce dossier est plein d'incohérence ».

Pour le tribunal, l'incohérence venait plutôt des explications de l'ancien conseiller financier, aux prises avec des difficultés d'argent en 2011.

Source:

http://www.sudouest.fr/2014/04/04/le-conseiller-financier-maitre-chanteur-1515071-2780.php

Blog

La leçon de Mrs Peregrine : du courage, nos coeurs ont besoin de courage
Ven 24 Fév 2017

Comment passe-t-on de l'évocation de "Mrs Peregrine" à une conclusion sur le courage ?
Peut-être qu'il faut regarder ce film avec une enfant de 11 ans pour qu'elle éclaire pour vous de son oei [ ... ]

[ lire ]
Réflexions sur le syndicalisme en général et en particulier dans la profession d'avocat.
Mer 15 Jui 2016

La question de fond est à qui s'adresse le syndicalisme et à quoi sert-il en France en 2016? Le syndicalisme s'adresse d'abord aux membres d'un même corps, d'une même profession, d'une mê [ ... ]

[ lire ]
"As long as we're together, the rest can go to hell""
Mar 12 Jan 2016

Il nous a accompagnés pendant des décennies.   C'est la fin du "Mâle au féminin" comme l'appelait Gainsbourg. Mais les poètes ne meurent jamais. Lui qui ne cessa jamais de [ ... ]

[ lire ]
Intégrité, intégrisme et désintégration ou le besoin de morale dans la Cité.
Lun 28 Déc 2015

Intégrité, intégrisme et désintégration ou le besoin de morale dans la Cité. « Il faut susciter l’homme de la liberté contre l’homme du destin [ ... ]

[ lire ]
A La Bonne Bière
Mar 17 Nov 2015

Un verre de bière posé sur le comptoir
Le col blanc de mousse a lancé son au-revoir.
Dans le noir, le verre attend les lèvres du buveur.
Happy hour, il est l'heure.
It's time, Sir.
A côt [ ... ]

[ lire ]
Mensonges et silences sur la déréglementation du droit du travail
Jeu 03 Sep 2015

J'ai un scoop : le chômage n'est pas la conséquence d'une maladie ou d'une malédiction divine, ni le fait du hasard, mais des licenciements. On en parle aussi ? Dire qu'on licencie à cause du  [ ... ]

[ lire ]
Autres...